Lors d’une rencontre passionnante jusqu’à la dernière seconde, le Magic d’Orlando et les Pistons de Detroit nous ont offert un spectacle de haute voltige. Le premier quart-temps a vu les deux formations se rendre coup pour coup, mais c’est grâce à son banc que le Magic a fait la différence, emmené par un Moritz Wagner et un Jonathan Isaac en grande forme qui ont posé des problèmes aux remplaçants des Pistons. C’est ainsi que les visiteurs ont creusé le premier écart significatif de la rencontre durant le deuxième quart-temps.

Une passe décisive impressionnante de Jalen Suggs permet à Paolo Banchero d’accroître l’avance de son équipe à +10 points à la mi-temps, bien qu’il ait manqué son lancer-franc par la suite – une erreur qui se répétera malheureusement pour lui. Toutefois, au retour des vestiaires, les Pistons, emmenés par Cade Cunningham et Simone Fontecchio, opèrent un retour en force. Malgré un avantage pris par les Pistons, c’est l’équipe d’Orlando qui conserve la tête à la fin du troisième quart (90-85), laissant entrevoir une conclusion de match des plus tendues.

Evan Fournier apporte alors à Detroit la constance nécessaire pour tenir lors de la rotation des remplaçants, permettant plus tard à Cade Cunningham de remonter au score et même d’égaliser avec une pénétration décisive, malgré les lancers-francs précédemment ratés par Banchero (109-109). Se trouvant sous pression après une performance discutable au tir (4/16) ainsi que deux lancers cruciaux manqués, Paolo Banchero saisit la dernière chance du match et marque un panier très difficile, obtient la faute et réussit le lancer-franc décisif. Cade Cunningham tente alors un ultime tir lointain qui, bien qu’effleurant le cercle, ne change pas l’issue du match. Une victoire in extremis pour Orlando (112-109), qui enfonce les Pistons et réintègre le Top 6 de la conférence Est.

Les moments forts du match

Paolo Banchero a été l’homme de la situation en réussissant un 2+1 crucial en fin de partie. Malgré un match compliqué et deux échecs aux lancers-francs en moment décisif, il est celui qui a donné la victoire à son équipe. Jalen Suggs le souligne : « C’est ce que font les grands joueurs, c’est pour ça qu’il est All-Star. »

Evan Fournier, avec ses 13 points en sortie de banc, a été l’atout offensif de Detroit, principalement dans le dernier quart-temps avec un 5/7 au tir dont 2/3 à trois points.

Et finalement, le banc d’Orlando s’est une fois de plus montré comme le pilier de la réussite de cette équipe. Avec un Paolo Banchero moins en réussite et un Franz Wagner discret, ce sont Cole Anthony, Moritz Wagner et Jonathan Isaac qui ont causé le plus de tort aux Pistons. Pour Jalen Suggs, le banc est même considéré comme « le superpouvoir » de l’équipe.

Statistiques détaillées


Detroit / 109 Min Tirs 3pts LF O D T Pd Fte Int Bp Ct + Pts Eval


Orlando / 112 Min Tirs 3pts LF O D T Pd Fte Int Bp Ct + Pts Eval

La victoire du Magic démontre une fois de plus que le basket est un jeu où tout est possible jusqu’à la dernière seconde et que chaque joueur peut être le héros du jour. Un message positif pour toutes les équipes : avec du cœur et de la détermination, le succès est toujours à portée de main.